de Mat Janson Blanchet

S’assurer de créer les états de chaque composant interactif

Publié le 22 novembre 2023

À retenir

  • Chaque composant interactif a des états différents, c’est le travail des designers de s’assurer que chaque état a été pris en compte et créé
  • L’état en focus est particulièrement important pour l’accessibilité, même s’il est malheureusement trop souvent oublié
  • Astuce : placez les variantes de vos composants dans une grille pour voir rapidement quels états sont créés et lesquels manquent
  • Assurez-vous également de définir quel curseur de souris doit être présenté pour chacun des états

Cet article fait partie d’une série sur les micro-interactions avec les interfaces utilisateur et la manière dont elles affectent l’expérience utilisateur.

This article is also available in English.


Il existe de nombreuses façons pour les utilisateurs d’interagir avec des composants : faire survoler le curseur au dessus d’un composant, appuyer, cliquer, relâcher, glisser, faire défiler, etc. Pour que les utilisateurs comprennent dans quel état se trouve un composant, il doit être présenté visuellement différemment selon l’état dans lequel il se trouve.

États

Un tableau de boutons montrant les différents états de ceux-ci (par exemple: par défaut, en focus, désactivé)
Variantes de boutons

Voyez ci-dessous la liste de tous les états qui doivent être créés pour chaque composant interactif.

État par défaut

Deux boutons : l'un rempli de bleu, libellé bouton primaire, l'autre blanc avec un contour noir, libellé bouton secondaire.
Exemple : boutons dans leur état par défaut

Il s’agit de l’état initial de chaque composant, l’état présente que le composent est disponible pour être utilisé.

En focus

Deux boutons avec chacun un contour indiquant qu'ils sont en focus
Exemple : boutons en focus

L’état en focus présente un indicateur qui est habituellement un contour visible autour de l’élément. Cela permet aux utilisateurs de savoir où se trouve leur curseur et avec quel élément ils interagissent actuellement.

Pour répondre aux exigences d’accessibilité, chaque élément interactif doit avoir un état en focus.

En survol

Deux boutons avec un curseur en forme de main pointée sur chacun d'eux
Example : boutons avec un curseur en survol

Il s’agit principalement d’un état décoratif qui montre une réaction lorsque les utilisateurs font glisser leur curseur sur l’élément, pour signifier qu’il est disponible pour une interaction.

Cependant, si l’utilisateur ne peut pas comprendre que le composant est disponible pour interaction sans cet état, cela signifie que l’état par défaut est défectueux, car il n’indique pas clairement son utilisabilité.

Cet état n’est pas visible par les utilisateurs qui naviguent avec un appareil mobile ou tactile, ni par ceux qui naviguent uniquement avec un clavier ou d’autres technologies d’assistance.

Actif

Deux boutons avec un curseur pointant sur chacun d'eux. De petites lignes à partir de l'index indiquent que le curseur est en train d'appuyer.
Exemple: des boutons activés

Cet état est de très courte durée : il n’est visible que lorsque les utilisateurs sont en train de cliquer ou d’appuyer sur le composant.

Ceci est utile pour signifier visuellement aux utilisateurs que leur action a été prise en compte. Cet état est particulièrement utile sur les écrans tactiles, car ceux-ci n’offrent aucun retour haptique lors d’une pression.

Inactif

Deux boutons grisés pour indiquer qu'ils sont désactivés. Un curseur sur chacun d'entre eux indique que les boutons ne sont pas actifs.
Exemple : boutons désactivés

Cet état indique que le composant n’est pas disponible pour l’interaction. Le curseur doit également indiquer que l’interaction n’est pas disponible. Ceci est particulièrement nécessaire dans les formulaires. À l’inverse, certains autres composants peuvent ne pas nécessiter d’état désactivé.

Si un composant est désactivé, il est préférable de présenter une explication du pourquoi aux utilisateurs, afin qu’ils ne soient pas laissés dans l’incertitude.

Conseils pour créer un kit d’interface utilisateur

Lors de la création d’éléments pour un kit d’interface utilisateur, il est judicieux de placer les variantes de composants dans un tableau, de sorte que les états (par exemple : par défaut, en focus, en survol, etc.) et les types (par exemple, primaire, secondaire, petit, grand) soient clairement visibles.

Un tableau de champs de saisie de texte montrant leurs différents états (par exemple: par défaut, en focus, désactivé)
Variantes de champs texte

En plaçant des images dans un tel tableau, il devient facile d’identifier quels états n’ont pas été créés. De plus, certains composants peuvent avoir des états supplémentaires (par exemple, glisser) ou ne pas nécessiter certains états.

L’image ci-dessus montre les champs de saisie de texte. Dans ce cas, les états de survol et actif n’ont pas été créés, car il a été choisi qu’aucun changement de style n’était nécessaire durant ces événements.

Soyez prudent lorsque vous choisissez de ne pas concevoir d’état, car cela peut prêter à confusion pour certains utilisateurs : ils pourraient avoir l’impression qu’un élément n’est pas interactif. N’oubliez pas que l’état en focus ne peut être mis de côté, il doit toujours être créé.

Assurez-vous de définir explicitement le curseur associé à un état

Même si les appareils tactiles représentent une grande portion de ce qu’uilisent les gens maintenant, il est toujours important de prendre en compte les interactions avec la souris lors de la phase de design. Sur les appareils qui utilisent un curseur (généralement une souris sur un ordinateur de bureau), l’image de ce curseur change en fonction de l’action potentielle que les utilisateurs peuvent effectuer.

« Le curseur doit informer les utilisateurs des opérations de la souris qui peuvent être effectuées à l’emplacement actuel, notamment : la sélection de texte, l’activation des menus d’aide ou contextuels, la copie de contenu, le redimensionnement des tableaux, etc. »

— Traduit de « cursor », MDN Web Docs

Il est important que les designers et les développeurs intègrent les curseurs appropriés, car ils indiquent l’affordance, ou la potentialité, de l’élément au-dessus duquel la souris est positionnée.

« Une affordance est ce qu’un utilisateur peut faire avec un objet en fonction de ses capacités.

[…]

Une affordance est, par essence, une possibilité d’action dans la relation entre l’utilisateur et un objet.

— Traduit de « Affordances », Fondation Interaction Design

La plupart du temps, il s’agit simplement de documenter que le curseur « pointeur » – la main avec l’index étendu – doit être utilisé. Par exemple, tout élément avec lequel les utilisateurs peuvent interagir (boutons, hyperliens, boutons radio, cases à cocher, etc.) doit au moins utiliser le curseur « pointeur ».

Il existe cependant plus d’une vingtaine de curseurs natifs à tous les navigateurs qui peuvent être utilisés, tels que « attendre », « non autorisé », « aide », etc. Ils permettent d’affiner l’indication du type d’interaction que les utilisateurs peuvent effectuer.

Assurez-vous de consulter cette liste et d’en faire bon usage.


Références et lectures additionnelles

a11y tips: Disabled buttons and colour contrast | Sean Elliott – Medium

Active, Hover, and Focus States for Designers (paywalled) | Corak – UX Planet

Affordances | Interaction Design Foundation

Affordance | Wikipedia

Bien concevoir ses composants, les bases d’un design system évolutif | Stéphanie Walter

Button States Explained – How to Design Them | UXPin

A Complete Guide to Links and Buttons | Chris Coyier – CSS-Tricks

Cursor | MDN Web Docs

Documenter l’accessibilité en phase de design ! | Stéphanie Walter

The “Hover Effect” for Mobile Buttons | Anthony – UX Movement

Mis à jour le 6 février 2024


Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *